Internetting since the 90's … and still learning

Les noms propres s’écrivent comme ils se prononcent. Vraiment ?

November 3, 2017 at 4:48 pm

Mon acte de naissance affirme que mon nom est :

محمد الأمين بنحميدة.

C’est de l’Arabe. Transcrit en lettres latines dans d’autres langues c’est sensé être à peu près Mohamed Al-Amine BENHMIDA, si on s’en tient aux sons. Voilà, ce n’est pas si simple.

Pour nous autres “gens normaux” (c’est ainsi que le champion du monde d’orthographe nous traite par opposition aux “adeptes de la dictée de compétition”, demandez-lui des explications concernant la normalité ici), les noms s’écrivent comme ils se prononcent. Du moins c’est ce que Mme Zeinab en 3ème année primaire m’avait dit. En fait elle, et ses collègues enseignants, ont dit cela aussi à tous les enfants scolarisés en Tunisie. C’est pour cette raison que le policier chargé de préparer mon passeport a pris la liberté d’écrire mon nom Mohamed Lamine BEN HAMIDA. Il a non seulement transcrit mon nom comme il l’entendait mais il a même ajouté une espace. Ça sonne comment une espace ? Comment il a fait pour l’entendre ? (oui une espace et pas un espace dans le cas de la typographie).

J’ai réalisé que mon nom est compliqué il y a longtemps. Je suis Mohamed Al-Amine BENHAMIDA. Mais je suis aussi, Mhammed, Mohammad, Muhamed, Amine, Lamine, BENHMIDA, BEN HAMIDA, BEN HMIDA, BIN HUMAIDA. Et plein d’autres combinaisons avec ou sans espaces. De quoi perdre son latin.

Ma mère m’appelait Amine, quelques copains préfèrent Mhammed. Seul mon père utilise Mohamed Amine, la version longue de mon prénom. Mais lui c’est tout un chapitre. Moi je me présente comme Amine BENHAMIDA. C’est la forme courte. La version longue va chercher jusqu’au 18ème ancêtre. Est-ce que ça vaut vraiment la peine de se la jouer ?

Les choses vont se corser quand mes fils vont faire leurs passeports. Oui, vous l’avez deviné. C’est un autre agent de police qui va faire leurs passeports. Et bien sûr il n’entendait pas les mêmes sons. Il entendait peut-être des voix pour écrire leur nom BEN HMIDA, alors que moi j’étais, et je suis toujours, BEN HAMIDA. Des lettres qui disparaissent et des espaces qui apparaissent. Seule la police tunisienne a le secret de ces disparitions.

Je n’ai pas vraiment accordé d’importance à ce sujet. J’ai voyagé avec ma femme et mes enfants durant des années mais toujours dans des pays arabes. Donc personne ne s’est intéressé à l’orthographe.

C’est quand je suis arrivé au Canada que je me suis rendu compte que ça n’allait pas s’arranger. Première question de la gentille dame de Service Canada:” pourquoi le nom de famille de vos fils n’est pas comme le vôtre monsieur?”. AH ! Panique ? non. La dame en a vu d’autres. Mon explication a été suffisante. Sans lui parler de la police tunisienne et des disparitions. La Tunisie c’est pas l’Argentine.

Les noms propres ne s’écrivent pas comme ils se prononcent. Ils s’écrivent comme ils s’entendent. Comme le Monsieur l’agent l’entend. Non vous n’allez pas contester ce que dit le Gouvernement quand même.

Amine BENHAMIDA